L’Île-à-vache

l’Île-à-Vache ne s’appelle pas ainsi pour rien ! 

Après la République dominicaine, nous voilà en route pour Haiti ! On part sous un coucher de soleil mémorable ! En route, Ker Maï laisse les 2 autres navires faire une messe dans un joli mouillage. Cela permet à ceux qui sont fatigués par la mer d’avoir une nuit sans trop de roulis.

Pendant ce temps, Ker Maï va jeter l’ancre aux Cayes pour aller rencontrer un prêtre connu de Jean-Yves. Pendant la visite de cette ville d’Haïti, au ressenti général, ils ont découvert une ville très accueillante et plus propre que ce que l’on pourrait imaginer.

Après ce petit détour, tout le monde se retrouve à l’Île à Vache (juste en face des Cayes). Ici nous découvrons un paysage très sauvage, des plages avec de longs rouleaux bordés de palmiers. L’arrière pays est parsemé de petites parcelles arrosées à l’arrosoir et relié par des chemins de terre abîmés par les fortes pluies. Nous nous extasions de découvrir une zone marquée par une absence totale de voiture.

Littoral de l’Île-à-Vache

Le premier jour certains vérifient la légitimité de notre victoire en coupe du monde de foot avec les Haïtiens, d’autres vont cueillir des noix de coco sur les plages, d’autres se baladent simplement, d’autres encore se préoccupe de renflouer les cales d’Exultet en eau. En tout cas la journée est au repos. La soirée est marquée par l’anniversaire de Tristan avec un cadeau assez original.

Tristan et sa nouvelle amie nommée Douceur

Le deuxième jour, nous partons vers le village de « Madame Bernard » pour aller voir le marché local et célébrer une messe dans la paroisse du village de pêcheurs. Certains vont même jusqu’à visiter un orphelinat, d’autres sont plus attirés par une bonne baignade dans les rouleaux. Tout se beau monde se retrouve autour d’un barbecue le soir pour le dernier dîner entre nous hors du Panama. Nous partons le 7 au matin pour notre dernière navigation en flottille.

Luc et Clémence

0 Partages

2 Commentaires

  1. Anne Voisin

    Bravo et Merci pour l’aventure partagée, le programme et les compte-rendus!

    Si dans la vieille ville de Panama vous allez à l’église en face de l’auberge de jeunesse (TB) et rencontrez la ” sacristine” dites lui bonjour de ma part!

    De tout coeur,
    Anne qui était au Panama pour le centenaire du canal (15 août 2014) et n’oublie pas son pèlerinage de Chartres de… 1961!

  2. Marie Odile Nicot-Zeller

    Depuis votre passage à Keur Moussa je suis régulièrement vos messages, qui ont toujours semble-t-il, un bon moment de retard, mais qui permettent de partager avec vous ces instants étonnants.
    Je prends la plume (ou plutôt le clavier) à la suite d’Anne dont le message m’a fait réagir : j’étais en 1961 au pèlerinage des étudiants (en Droit) à Chartres. Quelle coïncidence !
    Je salue particulièrement ceux que j’ai plus vus à Keur Moussa : Aldric, Pierre et Blandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *