Lisbonne, reine du Tage

En remontant le Tage, fleuve mythique de Lisbonne, nous laissons défiler sur  les rives les plus beaux monuments de la capitale portugaise : Tour de Belem, monument des explorateurs, Monastère de Hiéronymites…
Mais c’est en face la Plaza de Commercio, place phare de Lisbonne rassemblant bourse et ministères, que Thierry et Jean-Yves initient les manœuvres de mouillage. Notre flottille trônera pour deux jours devant la place, offrant aux équipiers une vue imprenable sur la capitale lisboate. Décidément, voyager en bateau offre des privilège que peu ont la chance de vivre !
Exultet, face à la place de Commerce
Lisbonne, Reine du Tage
L’ensemble de l’équipage débarqué, nous entamons la visite de Lisbonne. Tout en écoutant son histoire tumultueuse, nous parcourons les dédales de rues du quartier de l’Alafama. Dans une ambiance authentique, nous admirons les ruelles ombragées et leurs linges suspendus, les places verdoyantes, les façades couvertes d’azulejos (carreaux de faïence décorés) et les trams jaunes découpant le paysage dans leurs courses… Nous arrivons à la cathédrale Santa Maria major, puis au château saint Georges qui domine la ville. Dans notre descente,nous croisons une charmante église. Nous en profitons donc pour négocier la visite du Clocher d’où nous profitons d’une vue imprenable sur la ville et le Tage, bien qu’un arbre nous cache Exultet et Kêr Maï. Nous nous consolons au son d’un “au clair de la lune” dirigé par les maîtres clocher Aymeric et Rémi, un beau souvenir !
Le soleil débute sa course vers l’ouest et nous rentrons chez nous, en profitant des miradors mis sur notre route, d’où nous contemplons Lisbonne sous les lumières oranges de la fin de journée.
Les carillonneurs 
Veillée sous les étoiles
L’heure tardive de notre retour impose au conducteur d’annexe une escalade plus ou moins réglementaire pour récupérer sa monture et ramener chaque équipier à bord ! Sans encombre, tout le monde retrouve son bateau et profite d’une dernière soirée avant les premières rotations d’équipages le lendemain.
À bord de Kêr Maï, la présence de père Philippe Néri porte les équipiers. Après un dîner convivial et chargé d’émotions, les équipiers partagent une veillée d’adoration.
Sur Exultet, le mouillage est l’occasion d’un repas plus élaboré que d’usage. Thierry transforme la cuisine en crêperie, le carré s’anime à l’évocation des souvenirs des premiers jours de navigation, des anecdotes d’escales et des paroles fortes de chacun ! Marie-Charlotte, toujours sur le pont pour rappeler à chacun de nous la grâce de l’émerveillement, remarque un envol de lanternes puis un feu d’artifices qui termine cette soirée riche en rires et en souvenirs.
Un pied à terre français au Portugal
Dimanche matin, nous avons rendez-vous à la paroisse Saint Louis des Français. Avant de partager la messe avec l’ensemble de la communauté francophone de Lisbonne, nous prenons un temps en flottille pour rendre grâce. Accueilli dans le jardin d’Eden, un havre de paix aux troisième étage de la paroisse, chacun partage un merci, un pardon, une suggestion pour la suite du pèlerinage. Ecoute, bienveillance et partage en profondeur sont au rendez-vous de ce moment précieux pour chacun d’entre nous. Nous remercions chaleureusement le père Philippe Néri pour son accompagnement avant de rejoindre l’église pour la messe.

Le temps de partage au jardin
L’animation entre paroissiens et équipiers, la ferveur et le dynamisme de l’assemblée, l’accueil et les partages en sortie de messe sont des souvenirs qui restent ancrés dans nos mémoires. De plus, à la fin de la messe, nous attends une surprise de taille. Lors d’une confession, le père qui célébrait se propose d’embarquer avec nous jusqu’à Séville. C’est avec une joie immense que nous l’accueillons à bord le soir même.
Cette matinée se termine par un grand pique-nique improvisé, au milieu de la place du Rossio. Dégustations de poulets fermiers à la main dans une éternelle convivialité, comme on aime le dire à bord : « c’est Chaoui » mais on adore. L’après-midi est consacrée à l’intendance et aux quartiers libres, moments privilégiés pour prendre du temps pour l’essentiel. Balade dans Lisbonne, relecture, écriture et mise à jour de carnets de bord, glaces et repos, appel vers la France… Des activités aussi diverses que notre équipage, mais qui traduisent toutes le besoin qu’a chacun de prendre le temps, un des piliers de ce pèlerinage en bateau vers les JMJ.
L’intendance s’est conclue par l’achat d’une pastèque de 9 kg
Alix

Un commentaire

  1. colette Langlois

    merci encore pour vos messages si simpatiques vos temps de detente, de prière etc…
    que vous nous partagez si bien !
    unie à vous et à bientôt marraine co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *