Séville, à la source antique

Premières rencontres

Après une nuit au mouillage, Exultet débarque ses douze équipiers et le padre, en quatre aller-retours d’annexe. Durée de l’opération, une bonne heure. En effet, à cause d’une ligne haute tension, nous sommes à loin du port de Gelves. Direction, Séville, que nous rejoignons en bus.

Nous y rencontrons le père Quico, Esther et Irène, qui nous accompagneront pendant la journée. Après les traditionnelles photos et questions pour la revue du diocèse de Séville, nous partons pour la place de l’Immaculée Conception. Celle-ci est très importante pour la ville. Pour prier ensemble, Thierry lance l’angélus en latin, suivi tant bien que mal par les équipiers et les espagnols, ne l’ayant jamais dit dans cette langue.

Cette prière finie, nous partons nous remplir le ventre en ville. Nous sommes invités au restaurant “El Nino de Arahal” par le père, Esther et Irène. Nous nous dirigeons vers la cathédrale, dans laquelle nous procédons à la bénédiction de la statue de Notre Dame de Antigua, dans la chapelle Notre Dame de Antigua. Le père nous explique de nouveau la belle histoire de cette vierge, puis nous béni, ainsi que la statue. Nous procédons alors à une vénération de la statue comme ont l’habitude de faire les espagnols en embrassant le pied de la Sainte Vierge les uns après les autres. Nous continuons la visite de la superbe cathédrale, la troisième plus grande du monde, mais nous la quittons rapidement, des ordinations ont lieu demain, et il faut préparer la cérémonie.

Une ville de surprises

Une fois sortis, nous partons pour une visite de la ville. Chaque maison est superbe, et les églises plus belles les unes que les autres. Nous finissons notre visite par une messe dans l’église du Gran Poder, célèbre pour son Christ portant sa croix. Après la dévotion habituelle, nous nous séparons. Un groupe accompagne Esther, pour dîner avec elle dans un restaurant de tapas, tandis que les autres partent assister à un spectacle de Flamenco à Gelves. Nous retrouvons Clémence au passage, arrivée en avion dans la soirée, puis nous partons nous coucher.

Le lendemain, après avoir fait l’intendance pour certains, et fêté l’anniversaire d’Anne-Laurence autour d’un chocolate con churros pour d’autres, le groupe se retrouve chez Irène, qui nous a invité chez elle. Nous y dégustons un repas royal en compagnie de sa famille, après avoir profité de la piscine de la résidence. 

Ensuite, nous repartons de nouveau pour une visite de Séville, et nous découvrons l’un des plus beaux quartiers de la ville. Nous y croisons des mariés se faisant photographier sous des fleurs, selon la tradition, nous admirons les citronniers, encore verts, et nous passons sous de nombreux porches. La visite se conclue par la Plaza de Espana.

Prions ensemble

La journée n’étaient pas finie. Des amis d’Irène viennent nous déposer à l’Alcala, une ville plus haut sur le Guadalquivir, d’où part un pèlerinage des jeunes du diocèse. Après un long temps de discussion sur la place principale, nous montons pour l’église de la ville. Ici, nous vivons une très belle veillée de prière avec eux, avec des témoignages sur la vie de foi en tant qu’étudiant, et le fait d’accepter ses faiblesses. Heureusement, pour les moins bilingues, nos voisins nous font la traduction. Cette veillée se conclue par un temps d’adoration, avec de très beaux chants. Les espagnols partent pour leur pèlerinage, et nous retournons aux bateaux.

Dimanche, nous procédons à notre réunion de groupe, pour présenter les avancées des groupes de travail, sur la communication, la santé, les escales et la finance. Nous en profitons pour faire visiter à Irène et sa famille les bateaux, c’est la moindre des choses après l’accueil de la veille. C’est ensuite le dernier départ pour Séville depuis Gelves. Nous y retrouvons à nouveau le père, pour une visite plus complète de la cathédrale, chef d’oeuvre baroque. Suite à cela, nous nous retrouvons tous pour une messe un peu plus loin. Le père nous fait une superbe homélie dans laquelle il nous explique que nous ne devons pas demander plus à Dieu, mais demander à être plus petit, pour mieux recevoir ce qu’Il nous donne.

Nous finissons par un goûter partagé, et une interview vidéo du père et des jeunes. Puis retour aux bateaux, pour un départ au matin.

Henri

 

0 Partages

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *